embûche

embûche [ ɑ̃byʃ ] n. f.
enbusque 1360; de embuschier « mettre en embuscade » XIIe; de en- et bûche « bois, forêt »
1Vx Embuscade.
2Mod. au plur. Difficultés se présentant comme un piège, un traquenard. Dresser, semer, tendre des embûches à qqn. Questions pleines d'embûches ( insidieux) .

embûche nom féminin (de embûcher) Machination secrète contre quelqu'un pour lui nuire : Déjouer des embûches. Difficulté, obstacle rencontrés dans une action : Un sujet plein d'embûches.embûche (difficultés) nom féminin (de embûcher)embûche (synonymes) nom féminin (de embûcher) Difficulté, obstacle rencontrés dans une action
Synonymes :
- piège

embûche
n. f. (Le plus souvent au Plur.)
d1./d Ruse, machination destinée à nuire à qqn. Dresser des embûches.
d2./d Par extens. Difficulté, obstacle. Parcours plein d'embûches.

⇒EMBÛCHE, subst. fém.
A.— Vx. Stratagème employé pour attaquer par surprise l'ennemi, un adversaire. Découvrir, déjouer, dresser, échapper à, se sauver d(e), tomber dans une embûche. Synon. usuels embuscade, guet-apens, piège. Découvrir les traces d'un ennemi, lui tendre des embûches, (...) le forcer dans sa retraite (CHATEAUBR., Natchez, 1826, p. 124). Ils [deux officiers] ne savaient s'ils étaient les maîtres du château, ou s'ils y avaient été attirés dans une embûche (BALZAC, Chouans, 1829, p. 179). Il avait craint une surprise, une embûche de rôdeurs (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Rois, 1887, p. 293).
B.— Au fig., usuel (gén. au plur.). Manœuvre secrète et déloyale destinée à compromettre quelqu'un, à lui nuire dans sa vie privée ou publique. Déjouer, dresser des embûches. Synon. machination, traquenard. C'est lui [M. Pitt] qui a (...) commencé ce système de délation, d'embûches et de démoralisation de toute espèce (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 850). Et ce sourire fait de miel et de poison, Où déjà les baisers menteurs, la trahison, Le meurtre, le courroux, les embûches, la ruse Naissent (BANVILLE, Exilés, 1874, p. 67). Les méchants, qui existent, sont nés pour abuser de la conscience des bons. Leurs embûches auront d'autant plus de succès qu'elles pourront agir sur des esprits troublés et des caractères irrésolus (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. LXXX).
P. métaph. et p. ext. Manœuvres suscitées par une force obscure; difficulté, obstacle rencontrés dans une démarche, une entreprise pouvant en compromettre la réussite. C'est moi qui ai tranché cette vie, qui ai réduit à néant ce monument d'amour, de larmes, d'embûches surmontées qu'est une existence humaine (BENOIT, Atlant., 1919, p. 272). Défendre une jeune femme contre les atteintes et les embûches du monde (MAURIAC, Asmodée, 1938, III, 6, p. 106). L'histoire accumule à plaisir les embûches, les problèmes insolubles, les solutions absurdes et sanglantes, qui ne concluent rien (ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 35).
En partic.
♦ Manœuvre de séduction galante. Ces trois millions de célibataires s'en vont dressant perpétuellement des embûches pour faire tomber ce million de femmes honnêtes (BALZAC, Physiol. mar., 1826, p. 78). C'est une grande misère à une jeune femme de bien qui n'a que son innocence (...) de ne pouvoir jamais se dérober à la malice et aux embûches des séducteurs (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 111).
RELIG. CHRÉT. Tentation du diable. Je me rappelai les embûches que Satan m'avait déjà tendues. La créature qui était sous mes yeux avait cette beauté surhumaine qui ne peut venir que du ciel ou de l'enfer (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 375). À l'épitre, saint Paul donne l'« armature » de Dieu pour résister aux embûches du diable (BLOY, Journal, 1894, p. 146).
Rem. La docum. atteste embûcher (s'), verbe pronom., vén. [Le suj. désigne une bête poursuivie] Se réfugier dans un bois, un fourré. Si vous saviez ce que c'est une course de nuit dans les bois, voir luire un fusil qui vous cherche, se terrer, s'embûcher, aux aguets comme un lièvre (A. DAUDET, Obstacle, 1891, p. 269).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme embusche; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. FÉR. Crit. t. 2 1787 souligne que ,,des imprimeurs peu instruits écrivent ambuche``. (Même rem. pour embuscade/ambuscade). Étymol. et Hist. 1360 enbusque « embuscade » (Chevalier Cygne, éd. de Reiffenberg, 17146); ca 1460 « machination secrète » (Cent nouvelles nouvelles, éd. Fr. P. Sweetser, XXIV, 27). Dér. de l'a. fr. embuschier « mettre en embuscade; se mettre en embuscade », attesté dep. ca 1150 (Charroi Nîmes, éd. D. Mac Millan, 228 : enbuchier), dér., à l'aide du préf. en-, dés. -er, du lat. vulg. buska « bois, bosquet », d'orig. germ. (v. bûche). Embûcher est resté dans la lang. mod. comme terme de vén. v. rem. supra. Fréq. abs. littér. :224. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 299, b) 484; XXe s. : a) 332, b) 238. Bbg. GOTTSCH. Redens. 1930, p. 321. — GUIRAUD (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, p. 101.

embûche [ɑ̃byʃ] n. f.
ÉTYM. 1360, enbusque; déverbal de l'anc. franç. embuschier « mettre en embuscade ». → Embûcher.
1 Vx. Embuscade, guet-apens. || Faire tomber qqn dans une embûche. || Craindre une embûche (→ Chevaucher, cit. 1). Piège.
1 (…) on cherche à vous monter quelque coup de Jarnac ou à vous faire tomber en quelque embûche (…)
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, t. II, XI, p. 74.
2 (XVe). Mod. (au plur.). Ruse, machination organisée en vue de nuire à qqn. Filet, machination, piège, rets, traquenard. || Dresser, semer, tendre des embûches à qqn. || Échapper aux embûches de ses ennemis. || Questions pleines d'embûches. Insidieux. || Triompher de toutes les embûches.
2 Toutes ces larmes, tous ces soupirs, tous ces hommages, tous ces respects sont des embûches qu'on tend à notre cœur, et qui souvent l'engagent à commettre des lâchetés.
Molière, la Princesse d'Élide, II, 1.
3 Mes malheurs n'avaient pas encore détruit cette confiance naturelle à mon cœur, et l'expérience ne m'avait pas encore appris à voir partout des embûches sous les caresses.
Rousseau, les Confessions, XII.
Par ext. Obstacle qui compromet la réussite d'une entreprise. Difficulté.
4 C'est moi qui ait tranché cette vie, qui ait réduit à néant ce monument d'amour, de larmes, d'embûches surmontées qu'est une existence humaine.
Pierre Benoît, l'Atlantide, p. 272.
3 Spécialt (théol.). Tentation du démon. || Les embûches de Satan.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • embûche — EMBÛCHE. s. f. Entreprise secrète pour surprendre quelqu un, pour lui nuire. Il lui avoit dressé une embûche qui a été découverte. Dresser des embûches. Il s est sauvé des embûches qu on lui avoit dressées. Il est plus usité au pluriel …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • embûche — (an bû ch ) s. f. Sorte de guet apens que l on dispose pour prendre ou tuer quelqu un. Dresser des embûches, une embûche à quelqu un. •   Elle même leur dresse une embûche au passage, CORN. Rodog. I, 6. •   De qui se rend trop tôt on doit… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • EMBÛCHE — n. f. Entreprise secrète pour surprendre quelqu’un, pour lui nuire. Ils tombèrent dans l’embûche qu’on leur avait tendue. Il lui avait dressé une embûche qui a été découverte. Il est plus usité au pluriel qu’au singulier. Dresser, tendre des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • EMBÛCHE — s. f. Entreprise secrète pour surprendre quelqu un, pour lui nuire. Il est plus usité au pluriel qu au singulier. Dresser, tendre des embûches. Échapper à des embûches. Il s est sauvé des embûches qu on lui avait dressées. Il lui avait dressé une …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • piège — [ pjɛʒ ] n. m. • 1155; lat. pedica « lien aux pieds », de pes, pedis « pied » 1 ♦ Dispositif, engin destiné à prendre morts ou vifs les animaux terrestres ou les oiseaux, ou à les attirer à proximité du chasseur. ⇒ appeau, chausse trape, collet,… …   Encyclopédie Universelle

  • traquenard — [ traknar ] n. m. • 1622; « amble » 1534; du gasc. traconart, de traca, même rac. que traquer 1 ♦ Chasse Piège pour prendre les animaux nuisibles, sorte de trébuchet. 2 ♦ Cour. Fig. Piège. Tomber dans un traquenard. « Un machiavélique traquenard… …   Encyclopédie Universelle

  • embuscade — [ ɑ̃byskad ] n. f. • 1549; it. imboscata, de imboscare, de bosco « bois », avec infl. de embusquer ♦ Manœuvre par laquelle on dissimule une troupe en un endroit propice, pour surprendre et attaquer l ennemi. Dresser, tendre, préparer une… …   Encyclopédie Universelle

  • guet-apens — [ gɛtapɑ̃ ] n. m. • guet a pens 1508; de guet aspens 1472; altér. de de guet apensé, de guet, aguet et a. fr. apenser « réfléchir, préméditer » 1 ♦ Fait d attendre qqn en un endroit pour exercer sur lui des actes de violence, le tuer. Attirer qqn …   Encyclopédie Universelle

  • insidieux — insidieux, ieuse [ ɛ̃sidjø, jøz ] adj. • 1420, rare jusqu au XVIIe; lat. insidiosus, de insidiæ « embûches » ♦ Qui a le caractère d une embûche, d un piège. ⇒ trompeur. « Une manière de procéder insidieuse et perfide » (Rousseau). Une question… …   Encyclopédie Universelle

  • embûcher — 1. (an bû ché) v. a. Terme d eaux et forêts. Commencer la coupe d un bois. ÉTYMOLOGIE    En 1, et bûche. embûcher 2. (an bû ché) v. a. Terme de vénerie. Embûcher la bête, la faire rentrer dans le bois, dans son buisson, dans son gîte.    S… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.